Audierne Île de Sein Pointe du Raz Découvrir Ou Dormir Ou manger Agenda

Audierne

Un port dans la ville

audierne

A quelques kilomètres de la Pointe du Raz et de Quimper, Audierne offre le charme d’un port breton avec des quais animés et des petites ruelles chargées d’Histoire.

Le centre-ville est le poumon économique du Cap-Sizun, plus de 40 boutiques, services, bars et restaurants sont réunis et proposent tous les services nécessaires au quotidien ou lors d’un séjour.

 

La plage de Trescadec

Plage de Trescadec

Grande plage de sable fin d’Audierne à Esquibien. Eau cristalline qui offre  toutes les couleurs de la palette des bleus ! Surveillée l’été, elle propose : farniente,  Beach Volley,  Beach soccer, club de plage et centre nautique.

Le port historique de la Baie d’Audierne

Port d'Audierne

Le port

Déjà connu à l’époque romaine, le port était très actif au Moyen-âge. Les ducs de Bretagne y possédaient des ateliers de séchage de poisson et de salaison.
Les premiers quais en pierre datent de 1630. Audierne vivait alors son âge d’or et commerçait avec toute l’Europe. Guerre civile, guerre contre les Anglais, Révolution
ont ensuite ruiné la ville.
Les infrastructures avaient pratiquement disparu et les bateaux s’échouaient sur les grèves. De 1819 à 1846 après une attente de 50 ans, de vrais quais et des cales de débarquement, ont donné au port sa configuration actuelle. Des travaux d’élargissement ont toutefois été réalisés devant la mairie, de 1960 à 1963. De cette époque datent également la construction des 2 épis de l’estuaire, des guideaux sur les piles du pont et de la cale de Sainte-Évette. La digue de Sainte-Évette a été terminée en 1952.

Le môle et le phare

Si le vieux môle, le long de la petite plage existait en 1768, le Raoulic, a été construit de 1847 à 1854, sur plus de 200 m, pour sécuriser l’entrée du port.
Cette construction est due à Séverin Le Duff de Mésonan , maire de 1857 à 1871, qui sollicita Napoléon III. Audierne lui doit par ailleurs le chemin de halage, jusqu’à la plage des Capucins (1859). Le long duquel, les hommes arc-boutés tiraient les barques et la ligne
de chemin de fer vers Pont-Croix, le long de la rivière, attendue plus de 20 ans.
Dès 1856, en raison des effets néfastes du môle (houle dans le port notamment), la construction de la passerelle des Capucins 1893 -1894 s’est avérée nécessaire.
En 1859, le mat Fenoux permet de communiquer avec les navires qui veulent entrer dans le port.Le pont reliant Audierne à Poulgoazec (Plouhinec) date de 1854. Le boulevard Guépratte n’existait pas avant les années 50. L’accès à la grande plage se faisait par la corniche, pour les piétons (rue Kerguelen) ou par la rue Jean-Jacques Rousseau, qui monte et redescend la colline, quartier de pêcheurs et des usines, appelé la montagne. La villa Coz Fornic étaient déjà construite à l’emplacement de la résidence « Goelia ».

Les usines

Il y en a eu jusqu’à 24 dans le Cap, dont 18 à Audierne. Après la guerre elles ne seront plus que 8 puis 2 dans les années soixante.
Les Grands viviers occupent aujourd’hui le site de l’usine Pierre. La résidence Pierre est vacances se situe sur l’emplacement de l’ancienne « usine en bois », devenue ensuite la colonie de vacances de Romainville.

La crise de la sardine

Vers 1900 la disparition des bancs de sardines, principale pêche locale, a contraint les habitants à s’expatrier ou à chercher de nouvelles activités. C’est dans ce contexte de
misère que les dentellières  d’Irlande sont nées, à l’ouvroir en plein air de madame de l’Ecluse, à Locquéran, mais aussi dans de petits ateliers de la ville.
Les pièces, fines et délicates étaient vendues dans les grandes villes : Paris, Nantes. Cette dentelle qui demandait beaucoup de temps a peu à peu été remplacée par la dentelle
mécanique ou le picot bigouden, plus simple et plus rapide.

La pêche à la langouste

Autre conséquence de la crise, les pêcheurs audiernais ont cherché d’autres débouchés. Ils seront les premiers à s’aventurer jusqu’en Mauritanie pour traquer la langouste, Une destination reprise par la suite, à plus grande échelle par des ports comme Camaret.
Dans les années 50 à 70, les langoustiers amarrés le long des 2 quais, emplissaient le port entre deux marées, au large de l’Irlande, de l’Angleterre, du Portugal ou du Maroc. Devant les bateaux une haie de casiers, attendait la prochaine campagne.
Depuis la grande crise des années 80 et 90, fileyeurs, palangriers et surtout ligneurs se sont orientés vers la pêche de qualité avec la création d’un label pour le plus noble des
poissons du Cap : le bar de ligne de la Pointe du Raz.

audierne

La vallée du Goyen :

le Goyen entre Audierne et Pont-Croix

Du port d’Audierne à Pont-Croix, le Goyen offre un visage différent au rythme des marées. Hérons, aigrettes, oiseaux de mers et des marais, cette voie navigable et ferrée est devenue un sanctuaire que l’on peut arpenter à pied, à vélo ou en kayak.

Recherche de disponibilités

Une question ?

Cliquez ici ou contactez-nous

02 98 70 12 20

Ma sélection

Votre sélection est vide

Ils ont également consulté

Vedettes Sirènes

Plus d'infos

Finist'Mer

Plus d'infos

Audierne Yachting

Plus d'infos

Office de Tourisme Cap Sizun – Point du Raz

8 rue de Victor Hugo
29770 Audierne

tel. : 0033 (0)2 98 70 12 20 accueil@audierne-tourisme.com

Abonnez-vous à la Newsletter

Vous serez au courant des actus, bons plans...

'